Info-Verte mars 2018 – Les vins médicinaux d’Hildegarde de Bingen

Les vins médicinaux d’Hildegarde de Bingen

Sylvie Mireault, naturopathe-herboriste

« Le vin guérit et réjouit l’homme par sa grande chaleur et ses grandes vertus » nous disait   l’abbesse Hildegarde, qui vécu de 1098 à 1179. Les vins médicinaux ne sont bien sûr qu’un aspect de ses traitements médicinaux où elle recommandait de boire le vin coupé d’eau et d’y tremper du pain. On trouve dans ses ouvrages une sagesse appréciée de nos jours grâce au retour de l’utilisation des plantes médicinales. Sa philosophie trouve un écho avec la médecine vibratoire des élixirs du Dr Bach ou l’approche psycho-émotionnelle de l’olfactothérapie avec les huiles essentielles. Hildegarde nous rappelle avec vigueur de soigner la personne dans sa totalité corps et âme, avant tout par la maîtrise de soi et l’écoute de sa sagesse intérieure.

Par exemple, pour calmer la colère, Hildegarde pouvait recommander de : « Prendre de la rose et à peine moins de sauge au moment où la colère jaillit en soi, en faire une poudre et la présenter devant la narine. En effet, la sauge apaise et la rose réjouit. »

L’histoire de son époque nous rappelle que les débats au sujet de la laïcité ne datent pas d’hier… Une crise entre l’état dominateur et l’église asservie, connue sous le nom de « querelle des investitures », éclate en 1073, mais l’empire germanique sort affaibli de cette longue lutte, qui prend fin en 1122 avec la renonciation officielle des investitures par Henri V. À la naissance d’Hildegarde, la 1ère croisade chrétienne s’achève et les civilisations occidentales et orientales commencent à se « croiser », faisant écho au multiculturalisme actuel…

Très créative, Hildegarde fonde un monastère bénédictin indépendant en 1147 sur Rupertberg, près de Bingen. Une voix lui commande de mettre par écrit « toutes les choses que Dieu lui fait connaître », un livre mystérieux en résulte le « sci vias », « les voix du Seigneur », qui fera l’objet d’un concile exceptionnel en 1148, posant la question : cette femme est-elle sainte ou sorcière? Heureusement, l’autorité catholique lui donne son approbation. Sainte Hildegarde est née.

Hildegarde ne soigne pas que le corps, mais distribue aussi des remèdes à la théologie et à la politique de la cour allemande. Pacificatrice, elle dénoue les discordes entre les États. Compositrice, sa musique nous permet de vibrer encore aujourd’hui au diapason de cette grande âme, pour nous apaiser et nous réjouir, et pourquoi pas en sirotant ces vins médicinaux toujours bienfaisants et efficaces ? Citons ici quelques vins médicinaux, conseillés par Sainte Hildegarde et rapportés par le Dr Gottfried Hertzka, dans son livre « Voici comment Dieu guérit » :

Pour les palpitations, l’angine de poitrine, la faiblesse du cœur : prenez 10 grandes tiges de persil frais, mettez-les dans un litre de vin bio et ajoutez 1 à 2 c. à soupe de vinaigre de vin pur. Portez le tout à ébullition et laissez cuire durant 10 minutes. Ajoutez ensuite 300 g. de miel d’abeilles pur et cuisez à nouveau ce mélange durant 4 à 5 minutes à petit feu. Enfin, passez le tout encore chaud et versez-l’immédiatement dans des bouteilles médicinales en verre munies de bouchons à vis. (Consulter le cardiologue au besoin pour savoir si cette recette peut vous aider.)

Pour la toux : du fenouil, de l’aneth et du marrube, à parts égales, cuits dans le vin.

Pour le foie et les congestions pulmonaires : cuire des fleurs de lavande dans du vin et boire pendant la journée à petites gorgées, sans sucre. Cet élixir « éclaire » aussi l’esprit.

Pour la mauvaise haleine et les odeurs corporelles : cuire des feuilles de sauge dans un vin de style muscat. Boire chaud et non sucré.

Posologie : Prendre 1 à 3 c. à soupe par jour ou plus s’il en est besoin, par exemple après les repas. Boire au maximum 1 à 2 verres par jour d’un vin médicinal. On recommande un vin rouge biologique pour sa richesse en polyphénols, des protecteurs du cœur…

Comment ne pas s’étonner et s’émerveiller par l’œuvre titanesque de cette sainte femme du Moyen-âge, voyante, abbesse, théologienne, mystique, conseillère, écrivaine, philosophe, compositrice, musicienne et herboriste ? Levons notre verre à sa mémoire. Bonne santé !

Nous vous invitons au cours grand public : Fabrication de vins médicinaux.

2018-02-28T19:36:04+00:00